• Post-it

    30.04.2010:

    R.A.S.

    Avis à venir :

    - "Noirs tatouages" de Val McDermid

  • Découvrons un auteur…

    Pour le 9 juin : Fred Vargas

  • Mes Lectures communes

    - Avec Mystic, Mrs Pepys, Ana76 & Stieg pour le 16.05.2010 : "La princesse des glaces" de Camilla Läckberg

    - Avec Phooka, Heclea, Lisalor, Deliregirl, Frankie, Taylor & Caya pour le 20.05.2010 : "Les bannis et les proscrits (tome 2)" de James Clemens

    - Avec Abeille pour le 03.06.2010 : "Loup" de Nicolas Vanier

    - Avec Lisalor, Deliregirl, Azariel, Mariiine, Lolo & Karline pour le 05.06.2010 : "Morsure" de Kelley Armstrong

    - Avec Elora, Elea23, Lounapil, Setsuka, Myrrdin & Leyla pour le 25.07.2010 : "Le coeur cousu" de Carole Martinez

  • Catégories

  • Blogoclub

    • Pour le 1er mai 2010 :

    - "L'affaire Jane Eyre" de Jasper Fforde

  • Tout sur les livres

    Classiques' blog
    Recommandé par des Influenceurs
  • Commentaires récents

    • Resultados Loterias Colombia Hoy Ganamos dans 1984
    • 이민 전문 변호사 엘에이 dans 1984
    • ohio department of liquor control violations dans 1984
    • realeats review 2020 dans 1984
    • http://totorosreviews.com dans Robe de marié

Survivants

Posté par belledenuit le 2 décembre 2008

Survivants dans Theatre/Nouvelles 41SKWKDC14L._SL160_AA115_Auteur : Russell Banks

Editions : Acte Sud (1999)

Nbre de pages : 253

Présentation de l’éditeur :
Situées pour la plupart dans le New Hampshire et le Massachusetts, au sein d’un décor de neige et de glace, ces nouvelles écrites entre 1970 et 1974 explorent les formes contemporaines de certaines obsessions profondément enracinées dans l’inconscient collectif américain. Problèmes familiaux, questions raciales, relations entre père et fils… autant de thèmes qui n’ont cessé de s’affirmer dans l’oeuvre ultérieure de Russell Banks. Parfois minimalistes ou intimistes, ces textes où, sans coup férir, se manifeste déjà l’engagement de l’écrivain sur le plan social et politique sont servis par une langue précise, efficace et forte, et par un art de la narration exemplaire.

Mon avis :

Russell Banks est un auteur que je ne connaissais pas avant d’avoir ouvert ce recueil de nouvelles. Je ne peux pas dire que son style m’ait déplue mais je dois quand même indiquer que j’ai eu du mal à m’accaparer les histoires. Il faut dire que la solitude, le mal-être, la mort sont très présents et tenant les circonstances actuelles dans ma vie (ou plutôt dans la vie de mon mari), j’aurais eu besoin d’une lecture beaucoup plus légère ce qui aurait peut-être eu pour résultat une lecture différente que celle que j’ai faite.

J’ai manqué de décrocher vers la moitié du livre mais j’ai voulu persister jusqu’à la fin.

La dernière nouvelle est très forte en émotion et dit une vérité qu’il ne faut surtout pas oublier : dire aux êtres qui nous sont chers à quel point nous les aimons et ce le plus souvent possible, avant qu’un imprévu ne vienne perturber notre existence et nous empêche d’exprimer nos sentiments envers toutes ces personnes qui nous entourent.

J’ai peu accroché sur celles plus agressives que ce soit en faits ou en mots. Mais il faut bien noter que derrière cette agressivité se trouve quelque chose de beaucoup plus profond. Les personnages se cherchent en tant que personne mais aussi en tant qu’individu dans une Société.

Même si ces nouvelles ont été écrites par l’auteur dans les années 1970, il n’en demeure pas moins que les thèmes qu’il aborde sont toujours autant d’actualité en ce XXIème siècle.

Globalement, et pour conclure, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé ce recueil mais d’une part je ne suis pas particulièrement attiré par ce genre littéraire (je lis donc les nouvelles avec des “pincettes”) et d’autre part je n’en ferai quand même pas mon livre de chevet.

Laisser un commentaire

 

Fictions de crise |
poesieombrelumiere |
poesie diverses |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | isefra
| Plume d'enfants
| La vie est un mélange de no...