• Post-it

    30.04.2010:

    R.A.S.

    Avis à venir :

    - "Noirs tatouages" de Val McDermid

  • Découvrons un auteur…

    Pour le 9 juin : Fred Vargas

  • Mes Lectures communes

    - Avec Mystic, Mrs Pepys, Ana76 & Stieg pour le 16.05.2010 : "La princesse des glaces" de Camilla Läckberg

    - Avec Phooka, Heclea, Lisalor, Deliregirl, Frankie, Taylor & Caya pour le 20.05.2010 : "Les bannis et les proscrits (tome 2)" de James Clemens

    - Avec Abeille pour le 03.06.2010 : "Loup" de Nicolas Vanier

    - Avec Lisalor, Deliregirl, Azariel, Mariiine, Lolo & Karline pour le 05.06.2010 : "Morsure" de Kelley Armstrong

    - Avec Elora, Elea23, Lounapil, Setsuka, Myrrdin & Leyla pour le 25.07.2010 : "Le coeur cousu" de Carole Martinez

  • Catégories

  • Blogoclub

    • Pour le 1er mai 2010 :

    - "L'affaire Jane Eyre" de Jasper Fforde

  • Tout sur les livres

    Classiques' blog
    Recommandé par des Influenceurs
  • Commentaires récents

    • Resultados Loterias Colombia Hoy Ganamos dans 1984
    • 이민 전문 변호사 엘에이 dans 1984
    • ohio department of liquor control violations dans 1984
    • realeats review 2020 dans 1984
    • http://totorosreviews.com dans Robe de marié

Fahrenheit 451

Posté par belledenuit le 8 avril 2009

Fahrenheit 451 dans SF/Fantasy/Fantastique 51C49B44ZDL._SL160_PIsitb-sticker-arrow-dp,TopRight,12,-18_SH30_OU08_AA115_Auteur : Ray Bradbury

Editions : Folio (1995)

Nbre de pages : 213

Quatrième de couverture : 

451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s’enflamme et se consume. Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif.  Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d’un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l’imaginaire au profit d’un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé. 

Mon avis : 

J’avais lu ce livre il y a très longtemps lorsque j’étais au collège et malgré tout le temps écoulé je savais qu’il ne m’avait pas plu. Je ne suis pas du tout fan de la science-fiction. 

J’ai donc voulu retenter cette lecture en me disant qu’avec le temps peut-être que mon avis allait différer. 

Effectivement, il y a eu une évolution sur ce que je pense de cet ouvrage mais mes impressions aujourd’hui sont quand même mitigées. 

D’un côté, je garde une lecture laborieuse parce que trop futuriste pour moi et certains passages m’ont semblé très flous voire manquants de précision (concernant notamment le couple Montag/Mildred). 

Difficile de se faire une image précise du personnage de Mildred, si ce n’est qu’elle ne réfléchit pas par elle-même et qu’elle ne vit que comme
la Société le lui impose (ça j’ai bien compris que c’était ce que voulait Bradbury). 

Mais parallèlement à ça, il y a des « manques » pour comprendre ses façons d’agir (ou plus justement de ne pas agir). 

Enfin bref ! Le seul personnage réellement important étant Montag, le pompier pyromanne, il convient de se fixer sur lui et sur l’évolution de son caractère et de ses agissements au fur et à mesure que l’on avance dans le livre. Il m’a d’ailleurs beaucoup plu. 

J’ai « évolué » en même temps que lui et j’ai ressenti tout ce qui pouvait se passer en lui en « redevenant humain », en commençant à penser par lui-même. 

« Fahrenheit 451″ est un ouvrage d’anticipation comme nous le savons tous. Si à l’époque de ma première lecture je ne voyais pas du tout ce que cela signifiait, aujourd’hui je me rends compte que j’ai une approche différente de ce livre. 

Avec du recul, on s’aperçoit que Bradbury n’était pas si loin que ça de la vérité car aujourd’hui, même si on ne brûle pas les livres, peu de personnes se penchent sur un ouvrage pour le lire. 

Regardons ce que les jeunes générations préfèrent : consoles de jeu, télévision… 

Pas plus tard qu’en février, l’orthodontiste de ma fille lui a fait un compliment : celui de voir (enfin !) une jeune lire dans sa salle d’attente plutôt qu’écouter de la musique sur un MP3 ou jouer sur une console de jeu. 

Il est vrai que sur ce coup là, Bradbury a bien vu l’évolution de
la Société. Pour le reste, on demeure dans la fiction trop science-fiction et là ça coince pour moi. 

Je dois vous préciser que j’ai manqué d’arrêter ma lecture avant la fin de la première partie. J’avais du mal à entrer dans l’histoire, à m’accaparer les personnages. Et puis, j’ai quand même continué. Il fallait que je laisse une chance à cet auteur. Finalement, la seconde partie a été très vite lue mais pas la troisième (surtout dans les dernières pages). 

Si beaucoup ont aimé voire adoré « Fahrenheit 451″, je suis beaucoup plus partagée. Je l’ai relu mais n’en ferai pas mon livre de chevet préféré.

Une Réponse à “Fahrenheit 451”

  1. Nicolas dit :

    J’ai moi aussi été déçu par ce roman, que j’ai trouvé froid et ennuyeux. En revanche j’ai adoré Le Chroniques martiennes du même auteur.

Laisser un commentaire

 

Fictions de crise |
poesieombrelumiere |
poesie diverses |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | isefra
| Plume d'enfants
| La vie est un mélange de no...