• Post-it

    30.04.2010:

    R.A.S.

    Avis à venir :

    - "Noirs tatouages" de Val McDermid

  • Découvrons un auteur…

    Pour le 9 juin : Fred Vargas

  • Mes Lectures communes

    - Avec Mystic, Mrs Pepys, Ana76 & Stieg pour le 16.05.2010 : "La princesse des glaces" de Camilla Läckberg

    - Avec Phooka, Heclea, Lisalor, Deliregirl, Frankie, Taylor & Caya pour le 20.05.2010 : "Les bannis et les proscrits (tome 2)" de James Clemens

    - Avec Abeille pour le 03.06.2010 : "Loup" de Nicolas Vanier

    - Avec Lisalor, Deliregirl, Azariel, Mariiine, Lolo & Karline pour le 05.06.2010 : "Morsure" de Kelley Armstrong

    - Avec Elora, Elea23, Lounapil, Setsuka, Myrrdin & Leyla pour le 25.07.2010 : "Le coeur cousu" de Carole Martinez

  • Catégories

  • Blogoclub

    • Pour le 1er mai 2010 :

    - "L'affaire Jane Eyre" de Jasper Fforde

  • Tout sur les livres

    Classiques' blog
    Recommandé par des Influenceurs
  • Commentaires récents

    • Resultados Loterias Colombia Hoy Ganamos dans 1984
    • 이민 전문 변호사 엘에이 dans 1984
    • ohio department of liquor control violations dans 1984
    • realeats review 2020 dans 1984
    • http://totorosreviews.com dans Robe de marié

Les vivants et les ombres

Posté par belledenuit le 16 avril 2009

 Lu dans le cadre du Prix des Lecteurs 2009

Les vivants et les ombres dans Historique/Uchronique 41XxBJlq4rL._SL160_AA115_Auteur : Diane Meur

Editions : Le Livre de Poche (2009)

Nbre de pages : 633

Présentation de l’éditeur :
1821. En Galicie, alors rattachée à l’empire habsbourgeois, l’obscure famille Zemka reconquiert le domaine fondé par un ancêtre issu de la noblesse et s’engage fiévreusement dans la lutte d’indépendance de la Pologne. Pour retracer son ascension puis sa décadence, Diane Meur convoque une singulière narratrice : la maison elle-même qui, derrière sa façade blanche et son fronton néoclassique, épie ses habitants. Indiscrète et manipulatrice, elle attise les passions, entremêle les destins, guette l’écho des événements qui, des révolutions de 1848 aux tensions annonciatrices du désastre de 1914, font l’histoire de l’Europe. Les femmes surtout, condamnées à la réclusion dans la sphère domestique, la fascinent. L’une d’elles, enfin, va réussir à s’en aller…

Mon avis :
Voilà un livre que je n’oublierai pas de si tôt. Il englobe tant de choses, tant d’émotions à la fois et le récit est tellement prenant que si vous vous décidez à l’ouvrir, vous aurez bien du mal à le fermer.
On est littéralement happé par l’histoire de cette famille Zemka : les amours, les haines, les mariages arrangés afin que l’affaire de la famille continue de prospérer… Tout est mis en oeuvre pour nous faire garder cet ouvrage en mains.
Les personnages sont attachants pour la plupart; d’autres sont plus détestables. Mais on ne les quitte les uns et les autres qu’avec regret.
Ce roman épique se déroule sur une durée d’un siècle et nous est raconté par la maison elle-même. On suit la vie et les déboirs de Clara et Jozef, dans un premier temps, puis de leurs cinq filles : Maria, Urszula, Wioletta (qui m’a le plus touchée et émue), Jadwiga et enfin Zosia.
Mais cet ouvrage c’est aussi l’Histoire d’un pays qui n’a cessé d’évoluer depuis le milieu du 19ème siècle.
On participe à cette évolution par la renonciation aux peines corporelles des maîtres sur les serfs pour poursuivre sur des idées plus révolutionnaires qui mettra fin à l’esclavage dans ce pays.

« - Des serfs ? Des polonais, mon oncle. Qu’importe l’inégalité de rang quand la patrie est en jeu ? Ils chérissent autant que nous la liberté, et la liberté est une : il n’y aura plus ici, un jour prochain, ni serfs ni maîtres, mais un peuple d’êtres libres, forts et solidaires.
(…)
- Tu préconises, en somme, l’abolition du servage.
- Bien sûr. De tels liens entre les hommes sont indignes du monde nouveau que nous voulons bâtir. Des êtres émancipés, égaux devant la loi, oeuvrant à armes égales à s’enrichir, voilà sur quoi l’on fonde une société morderne(…) »
(p 112/113)

Cet ouvrage est donc également une oeuvre sur la liberté acquise par ce peuple et les difficultés rencontrées pour y parvenir.
Mais si pour un ruthène (un serf), cette liberté suppose avoir sa propre terre et pouvoir en vivre, que peut-elle être pour les habitants de cette demeure, vivant sous le joug de Jozef Zemka ?
Un être calculateur et manipulateur qui ne voit dans la vie et la société que ce qu’elle peut lui rapporter. Peu importe alors ce que cela entraîne pour son épouse ou ses enfants.
La nature a voulu qu’il ait cinq filles. Cinq filles qu’il faudra marier avec une dot ! Quel malheur !
Alors, il fera tout pour leur trouver les meilleurs partis possibles de façon à en profiter d’une manière ou d’une autre. Mais le destin s’acharne et tout ne se passera pas comme prévu.
Ce livre faisant plus de 600 pages, il y aurait beaucoup à en dire.
Cependant, je vais écourter ici ma chronique, ayant trop peur, au final, de vous en dire plus qu’il ne faudrait.
Je vous laisse un seul conseil : lisez-le !

Une Réponse à “Les vivants et les ombres”

  1. Biblio dit :

    C’est un bon roman mais sans plus, le fin est bizarre voir ridicule.

Laisser un commentaire

 

Fictions de crise |
poesieombrelumiere |
poesie diverses |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | isefra
| Plume d'enfants
| La vie est un mélange de no...