La dame de Toscane

Posté par belledenuit le 18 septembre 2009

La dame de Toscane dans Policier/Thriller 51dlgSGr24L._SL160_AA115_Auteur : Philippe Cavalier

Editions : Anne Carrière

Nbre de pages : 727

Présentation de l’éditeur :
1947 Moscou, immeuble de la Loubianka, quartier général des services secrets staliniens. Un prisonnier relate l’incroyable histoire de sa vie. Cet homme, c’est Dalibor Galjero, dont la lignée a traversé les époques malgré les épreuves et les malédictions. Détenteur de savoirs qui pourraient redonner l’avantage aux Soviétiques dans le bras de fer engagé avec les Américains, Galjero reste pourtant indifférent à la rivalité des deux blocs. Mais, dans l’ombre, des chasseurs tenaces sont aux trousses de Dalibor et de Laüme, sa mystérieuse épouse, prêts à tout pour leur faire payer leurs crimes… Face à David Tewp, Thörun Gärensen et Lewis Monti, l’heure de vérité sonne enfin pour les Galjero… Dernier épisode du Siècle des chimères, La Dame de Toscane est un époustouflant récit d’aventures qui met un point d’orgue à la longue traque initiée dans Les Ogres du Gange. Des déserts d’Asie centrale aux palaces de Venise, de la cour des Borgia au Paris des Romantiques ou des forêts enneigées de Transylvanie aux plaines brûlées du Transvaal, le grand livre interdit des Galjero s’ouvre sur un opéra rouge et noir où la pureté et l’innocence n’existent pas…

Mon avis :

Voici le dernier volet de la tétralogie « Le siècle des chimères » qui clos, malheureusement pour moi, une histoire extraordinaire liant des faits historiques à de la sorcellerie et des envoûtements haut de gamme.

Avec ce dernier opus, je m’attendais à une multitude de meurtres tout aussi difficilement supportables les uns que les autres.

Or, il n’en est rien (en tout cas pas autant que ce que je l’aurais cru) mais il n’en demeure pas moins que je n’ai pas lâché ce livre tant qu’il n’a pas été terminé.

Et pour cause : on nous délivre l’histoire des deux traqués que sont Dalibor et Laüme Galjero.

On se promène alors à travers les âges de l’Histoire (en partant de l’Antiquité jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, puisque n’oublions pas que tout à commencer en 1936 avec le premier tome : Les ogres du Gange) mais aussi à travers les continents (l’Europe, l’Amérique, le Moyen-Orient, la Russie).

Nous apprenons comment Laüme est apparue et ce qu’elle est réellement.

Nous suivons la vie de Galjero et d’où vient ce nom si particulier. Nous poursuivons avec sa descendance et comment ils sont liés à Laüme.

Parallèlement, c’est une chasse à l’homme qui se poursuit dans le XXème siècle, avec Gärensen, Tewp et Monti.

De nouvelles figures apparaissent et non moins importantes.

Certains personnages aperçus dans les précédents tomes refont surface.

Tout s’imbrique parfaitement. Chaque chose lue antérieurement à son importance dans ce dernier volet.

Philippe Cavalier a fait là un vrai puzzle avec sa tétralogie et je n’ai jamais été déçue de chaque ouvrage que j’ai ouvert.

Son écriture est prenante du premier au dernier tome. Il n’y a jamais de temps mort. On en apprend à chaque page, à chaque chapitre.

En gros, on reste scotcher à ses livres en se demandant comment tout cela va se terminer (même si on peut en avoir une petite idée 50 pages avant la fin).

Il est hors de question pour moi de vous dire ce que recèle cet ouvrage. Ca risquerait de vous gâcher votre prochaine lecture si vous vous décidez à vous lancer dedans.

Mais sachez ceci : la sorcellerie, l’envoûtement sont les choses les plus vieilles du monde. On en parle en catimini parce que l’Homme n’est pas forcément prêt à accepter ce qu’ils impliquent.

« Les démons sont les mauvaises pensées des hommes qui s’agglutinent. Le sang a le pouvoir de les cristalliser aussi vite que se fige une eau par grand gel. Le sang ! C’est la materia prima de l’alchimie la plus dangereuse et la plus forte, celle qui peut créer la vie de toutes pièces et appeler les âmes du fond des ténèbres… Le sang est la clavicula magna, la grande clé des secrets » (p. 275-276)

8 Réponses à “La dame de Toscane”

  1. Ys dit :

    Ça m’a l’air d’être une grande aventure cette série, je la commanderais bien pour ma bib, je sens que ça plairait. Comment s’appellent les autres tomes ?

  2. belledenuit dit :

    @ Ys : je sais qu’ici il m’a toujours fallu réserver les tomes pour pouvoir les lire. Ils étaient toujours empruntés. Pour les autres tomes :
    * tome 1 : Les ogres du Gange
    * tome 2 : Les loups de Berlin
    * tome 3 : Les anges de Palerme
    N’hésite pas à les lire aussi ;)

  3. Suzanne dit :

    J’ai pris note depuis un bout et comme ce cycle est disponible à la bibliothèque, je vais le lire au courant de l’hiver. Merci Belledenuit.

  4. Lilibook dit :

    Je ne connaissais pas du tout et ça m’a l’air d’être une belle aventure.

  5. Theoma dit :

    ça à l’air terrible en effet ! Je prends note, merci !

  6. Marie dit :

    Ouahhh… Ton billet est très convaincant, ça a l’air super ! Et si un roman génial propose 4 tomes, comment résister ? Là, ma LAL va se trouver mal, mais tant pis, je note !
    Bonne soirée !
    Marie

  7. belledenuit dit :

    @ Suzanne : il me tarde de connaître ton avis dessus ;)

    @ Lilibook : oui c’est une aventure très bien ficelée. On ne quitte pas un instant l’envie de poursuivre et de savoir le fin mot de l’histoire.

    @ Theoma : Bonne future lecture !

    @ Marie : C’est vrai que pour la LAL c’est dur dur vu qu’il y a 4 tomes mais toi tu devrais te régaler à découvrir chacun de ces ouvrages. Bonne lecture !

  8. Mylene (Mycoton32) dit :

    J’ai moi aussi adoré lire cette tétralogie et les Galjero m’ont longtemps intrigués, surtout Laüme qui est un personnage que j’adore (bon, je sais, c’est la méchante…). J’ai beaucoup aimé l’idée d’un tome par « poursuivant » et le regroupement dans le dernier qui nous délivre tout ce que nous avions pu imaginer avant!

Laisser un commentaire

 

Fictions de crise |
poesieombrelumiere |
poesie diverses |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | isefra
| Plume d'enfants
| La vie est un mélange de no...