• Post-it

    30.04.2010:

    R.A.S.

    Avis à venir :

    - "Noirs tatouages" de Val McDermid

  • Découvrons un auteur…

    Pour le 9 juin : Fred Vargas

  • Mes Lectures communes

    - Avec Mystic, Mrs Pepys, Ana76 & Stieg pour le 16.05.2010 : "La princesse des glaces" de Camilla Läckberg

    - Avec Phooka, Heclea, Lisalor, Deliregirl, Frankie, Taylor & Caya pour le 20.05.2010 : "Les bannis et les proscrits (tome 2)" de James Clemens

    - Avec Abeille pour le 03.06.2010 : "Loup" de Nicolas Vanier

    - Avec Lisalor, Deliregirl, Azariel, Mariiine, Lolo & Karline pour le 05.06.2010 : "Morsure" de Kelley Armstrong

    - Avec Elora, Elea23, Lounapil, Setsuka, Myrrdin & Leyla pour le 25.07.2010 : "Le coeur cousu" de Carole Martinez

  • Catégories

  • Blogoclub

    • Pour le 1er mai 2010 :

    - "L'affaire Jane Eyre" de Jasper Fforde

  • Tout sur les livres

    Classiques' blog
    Recommandé par des Influenceurs
  • Commentaires récents

    • Resultados Loterias Colombia Hoy Ganamos dans 1984
    • 이민 전문 변호사 엘에이 dans 1984
    • ohio department of liquor control violations dans 1984
    • realeats review 2020 dans 1984
    • http://totorosreviews.com dans Robe de marié

Azazel

Posté par belledenuit le 14 octobre 2009

Azazel dans Policier/Thriller 51JN0XE2E4L._SL160_AA115_Auteur : Boris Akounine

Editions : 10/18 Grands Détectives (2003)

Nbre de pages : 317

Présentation de l’éditeur :

Voici les aventures d’Eraste Fandorine, nouveau venu sur la scène du roman policier, même si ses aventures se déroulent au XIXème siècle en Russie. Fandorine est un jeune policier extrêmement intelligent qui, de Moscou à Londres, résout les énigmes subtiles. Il faut s’accrocher car, dans ces deux premières enquêtes, il y a à la fois de l’humour, une culture fabuleuse, un art du feuilleton à la Eugène Sue et une dévotion pour la littérature russe du siècle dernier. L’auteur nous offre du Gogol ou du Tolstoï à la sauce polar et réussit formidablement ses constructions à tiroirs. On sent de la jubilation derrière tout cela est le lecteur ne peut bouder son plaisir tant les parodies sont excellentes, les histoires épatantes, l’écriture remarquable. A suivre…

Mon avis :

Tout commence le « lundi 13 mai 1976 vers trois heures de l’après-midi, par une journée où la fraîcheur printanière se mêlait à une chaleur estivale, dans le jardin Alexandre, sous les yeux de nombreux témoins« . Un jeune homme d’une vingtaine d’années aborde une jeune fille de bonne famille accompagnée de sa gouvernante. Ils ne se connaissent aucunement. Pourtant, cet homme (Piotr Kokorine) menace la jeune fille (Elisabeth von Evert-Kolokoltseva) de se suicider si celle-ci ne lui accorde pas un baiser. Devant le refus de la gouvernante (Emma Pful), qui prend ce jeune homme pour un fou, ce dernier se tire une balle dans la tête…

Voilà le résumé des premières pages de cet ouvrage qui met en place quelques personnages, un lieu (la Russie) et un acte qui dépasse l’entendement.

Je m’attendais donc à lire une enquête sur ces raisons qui ont poussé cet individu à commettre un tel acte. Bien m’en a pris, l’auteur va beaucoup plus loins que ça !

Pour résoudre cette énigme, Boris Akounine met en avant un personnage (jeune lui aussi puisqu’âgé de 21 ans) ayant une perspicacité hors norme : Eraste Pétrovitch Fandorine.

Parce qu’attention, ce suicide n’est que la face cachée d’un terrible complot international qui va obliger Fandorine à partir à Londres via Paris.

Il n’aura de cesse de suivre son instinct (parce qu’il en a du nez ce jeune homme) pour parvenir à trouver les coupables et leurs motivations.

Le personnage est fort sympathique, forcément talentueux mais j’ai souvent poussé de longs soupirs de lassitude. Je me demandais si je n’allais pas m’endormir à force de suivre son raisonnement.

Heureusement, l’auteur sait aussi mettre de l’ironie dans son ouvrage ce qui nous permet à nous, lecteur, de tirer un sourire (ça évite de dormir !) et quelque part on poursuit notre lecture en se disant que peut-être quelque chose va nous pousser à vouloir lire les autres titres de Boris Akounine.

Et vous savez quoi ? : il y est arrivé ! Incroyable mais vrai : malgré le fait que je ne pensais pas poursuivre à lire cet auteur (trop de ressemblances avec les Hercule Poirot d’Agatha Christie que j’ai bien du mal à lire maintenant; beaucoup de difficultés aussi à lire les noms russes [genre Ksavéri Féofilaktovitch, Akhtyrtsev Nicolaï Stépanovich mais il y en a d'autres]), il n’en demeure pas moins qu’avec l’ouverture finale, Boris Akounine a attisé ma curiosité sur la suite de l’existence d’Eraste Pétrovitch. Il me faut juste pousser ma bibliothècaire à acheter les autres tomes parce qu’il y en a quand même 11 !

Les avis de kalistina, Karine (et ses livres), Papillon.

8 Réponses à “Azazel”

  1. kali dit :

    Sans avoir de coup de coeur, j’avais beaucoup aimé cette lecture, avec une enquête à mener et des personnages intéressants, tout comme j’aime.

  2. belledenuit dit :

    @ Kali : il va falloir que j’aille farfouiller ton blog pour voir si je retrouve ton article :D

  3. Karine dit :

    Moi aussi, la fin m’a donné envie de connaître la suite des aventures d’Eraste Fandorine. Affaire à suivre donc ! ;-)

  4. Marie dit :

    Ta comparaison avec Agatha Christie me fait un peu fuir. Ca n’est pas un livre pour moi ! :-)

  5. Lilibook dit :

    Jamais lu mais déjà vu en librairie et ça me faisait de l’oeil.

  6. belledenuit dit :

    @ Karine : Pour la suite, il va falloir que je sois derrière ma bibliothècaire…

    @ Marie : Bah moi je l’ai comparé à Agatha Christie mais si la comparaison que Kali a faite avec Rouletabille te convient mieux, dis toi que c’est du même genre :P

    @ Lilibook : Alors s’il te faisait de l’oeil… tente-le. Ne serait-ce que pour la fin ! C’est ce qui m’a donné envie de poursuivre avec cet auteur :D

  7. Manu dit :

    J’ai ce premier tome dans ma PAL. Par contre, je n’ai jamais lu les auteurs russes ! J’espère que ce ne sera pas trop difficile !

  8. belledenuit dit :

    @ Manu : L’histoire en elle-même n’est pas du tout difficile à suivre, au contraire. Par contre, c’est vrai que j’ai eu du mal à décrypter les noms russes ! Il faut s’y faire :D

Laisser un commentaire

 

Fictions de crise |
poesieombrelumiere |
poesie diverses |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | isefra
| Plume d'enfants
| La vie est un mélange de no...