Petite anglaise

Posté par belledenuit le 3 décembre 2009

Petite anglaise dans Contemporain 51TbnyhvFNL._SL160_AA115_Auteur : Catherine Sanderson

Editions : Calmann-Levy (2009)

Nbre de pages : 356

Présentation de l’éditeur :

 » La France ! C’était si séduisant, si exotique, si intrigant par sa proximité…  » Cette Petite Anglaise, comme elle se surnomme elle-même, rêve de vivre en France depuis son premier cours de langue, au collège. Embauchée comme lectrice à la Sorbonne, elle entame avec ravissement sa nouvelle vie de Parisienne, mais a vite le sentiment de vivre en touriste, à côté des Français, et non avec eux. Jusqu’au jour où elle rencontre celui qu’elle appellera Mr. Frog « , un Français tendre et drôle qui lui ouvre son coeur et les portes de son pays. Sept ans plus tard, Petite Anglaise se débat dans une routine qui l’épuise, entre un compagnon peu compréhensif et une petite fille qui réclame une attention constante. Ayant découvert par hasard l’existence des blogs, ces journaux intimes sur Internet, elle décide de se lancer. D’abord désireuse de raconter les anecdotes de sa vie parisienne a ses compatriotes, elle partage bientôt ses états d’âme avec ses lecteurs. Son blog devient un refuge, une seconde peau, dont le succès inattendu va déplacer les frontières de l’intime et bouleverser son existence.

Mon avis :

Cette histoire pourrait être celle de n’importe qui. Catherine, Mr Frog et Tadpole pourraient être vos voisins, vos amis, vos proches.

Ce livre, c’est un bout de la vie de Catherine, une anglaise qui depuis le collège savait qu’elle viendrait vivre en France parce qu’elle aime le parler, la cuisine et notre culture.

Son but sera atteint puisqu’elle finira par vivre à Paris, qu’elle rencontrera celui qui deviendra le père de sa petite Tadpole.

Loin d’être la vie dont elle s’était imaginée jeune fille, Catherine sent au fur et à mesure que les mois, les années passent que quelque chose ne va plus dans son existence de femme et conséquemment cela touche aussi son rôle de mère.

Après réflexion et discussion avec son compagnon, elle décide d’ouvrir un blog sur lequel elle parlera de sa vie d’anglaise dans une ville française.

Ce livre, ce sont les interrogations d’une femme sur sa vie de couple, de femme, de mère, d’amante. On la sent complètement perdue dans la routine qui s’est installée entre elle et son compagnon et sans qu’en plus aucune communication ne se fasse entre eux.

Le blog, c’est une échappatoire; une façon d’être quelqu’un de différent d’une certaine manière.

Forcément des liens se créent, des rencontres se font et sa vie bascule du jour au lendemain.

L’ouvrage met l’accent non seulement sur la difficulté du couple à sortir de ce « mal-être » commun mais aussi sur l’ouverture que propose internet avec les rencontres qui peuvent aboutir.

J’ai été profondément touchée par l’histoire de Catherine. Non pas que j’ai acquiescé sur sa façon de faire les choses mais plutôt parce qu’elle est tellement perdue en tant qu’individu qu’on la sent vulnérable. Ce point faible va malgré tout lui permettre de mettre de l’ordre dans sa vie même si c’est d’une façon peu orthodoxe.

Malgré tout ce qui va lui arriver, elle n’oubliera pas qu’elle est avant tout une mère et fera tout pour protéger sa fille des changements qu’elle va forcément créer autour d’elle.

Ce livre est prenant, impossible de le lâcher une fois que je l’avais ouvert, et interrogatif. Les questions que se pose Catherine sont venues à nous à un moment ou un autre de notre vie. Alors forcément, on se dit que cette histoire pourrait être la nôtre (dans une certaine mesure).

Sans dire que je me suis reconnue totalement en Catherine (parce que non je n’ai fait tout ce qu’elle a fait), j’ai néamoins été touchée par cette femme qui devient mère célibataire. J’ai vécu certains ressentis qu’elle nous conte ici (l’histoire de l’homme dans l’avion m’a donné une émotion forte).

Ayant vécu pendant longtemps en tant que mère-célibataire, je sais que certains moments sont difficiles à vivre; certains agissements qui peuvent paraître banals sont émotionnellement blesssants.

Catherine va devoir faire le point de sa vie et savoir réellement ce qu’elle veut et ce dont elle a besoin pour pouvoir vivre pleinement et sereinement.

Même si cet ouvrage est banal et porte sur un sujet très commun, il n’en demeure pas moins que j’ai beaucoup aimé le découvrir.

Je l’ai lu dans le cadre d’un partenariat entre Livaddict et les Editions Calmann-Levy que je remercie vivement pour cet envoi.

8 Réponses à “Petite anglaise”

  1. calypso dit :

    Déjà lu !! Quelle rapidité ! Contente de voir que cela t’a plu !

  2. belledenuit dit :

    @ Calypso : Ben euh… oui déjà lu ! Enfin je dirai même … dévoré ! :D

  3. Lilibook dit :

    A oui, il doit être bien.

  4. belledenuit dit :

    @ Lilibook : Ben moi j’ai beaucoup aimé.

  5. Manu dit :

    Tiens, je pensais que c’était plus dans la veine des romans humoristiques sur la différence de culture, comme « God save la France »

  6. belledenuit dit :

    @ Manu : Tout comme toi, je pensais qu’il serait de la même veine et finalement il est totalement différent. Mais j’ai beaucoup aimé quand même alors que je ne suis pas fana du genre chick-lit.

  7. Géraldine dit :

    Ce livre pourrait me plaire je pense.

  8. pirater un compte facebook dit :

    Imagine a guy liking your girlfriend, he’d look for my child on Facebook and discover that she’s in a romantic relationship with you – be operational he’ll calm down, specifically if he sees that she’s got a bunch of romantic pictures with families. So, guys won’t hit that many.
    pirater un compte facebook http://nike-paobu.com/

Laisser un commentaire

 

Fictions de crise |
poesieombrelumiere |
poesie diverses |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | isefra
| Plume d'enfants
| La vie est un mélange de no...