Les aventures d’Oliver Twist

Posté par belledenuit le 31 mars 2010

Les aventures d'Oliver Twist dans Classique 41HE4STYZGL._SL160_AA115_Auteur : Charles Dickens

Editions : Le livre de poche (2005)

Nbre de pages : 735

Présentation de l’éditeur :

Oliver Twist (1838) est un feuilleton criminel d’une noirceur concentrée. Un angélique orphelin échappe aux sévices que les institutions charitables de l’Angleterre victorienne réservent aux enfants abandonnés pour tomber dans les plus fangeux cloaques des bas-fonds londoniens. L’apprentissage précoce du vice et du crime y est de règle pour échapper à la misère et à la faim. On n’oubliera guère, après les avoir croisés, ni l’abominable Bumble ni le ténébreux Fagin, cette saisissante préfiguration des gibiers de bagne qui hanteront Les Misérables de Victor Hugo. Créations de l’imaginaire ? Ombres portées des terreurs et des cauchemars de l’enfance ? Peut-être. Toujours est-il que les contemporains y virent le reflet de la réalité. « Il n’y a pas tant de différence entre ce noir tableau de l’enfance et le tableau de l’usine par Karl Marx », remarque d’ailleurs le philosophe Alain. Il faut s’en souvenir à chaque page en découvrant Les Aventures d’Oliver Twist.

Mon avis :

Oliver Twist est le deuxième livre que je lis de Charles Dickens après Un chant de Noël. J’avais très envie de découvrir un autre ouvrage de l’auteur parce que si j’avais beaucoup aimé le style de Dickens dans Un chant de Noël, je n’avais pas, par contre, adhéré au côté fantastique qui y était.

Du coup, Oliver Twist était en quelque sorte un challenge.

Et je peux dire que le challenge a été largement gagné par l’auteur. J’ai littéralement accroché à cet ouvrage.

L’histoire est celle d’un jeune orphelin, dès la naissance, qui se voit confronter à la difficulté de vivre dans une Société où les plus démunis ne sont considérés que comme des parias. On vit l’existence d’Olivier en même temps que lui. C’est comme si on était mis totalement à sa place, immergé dans ce monde cruel et si noir où seuls la duperie et le pouvoir sont rois.

Dickens parvient avec une plume exquise à nous décrire toutes les émotions et toutes les scènes quelles qu’elles soient de telle sorte que nous ne pouvons pas rester de marbre : l’accouchement de cette jeune fille (mère de celui qui sera appelé Olivier Twist) et son décès qui s’en suit (rien que dans ce passage, ma gorge a été nouée. Ca commençait fort !). Mais il y a aussi tous les passages où Olivier Twist est mal traité puis considéré comme une simple marchandise.

Il y a également les moments d’espoir qu’il se forge et les regrets qui s’en suivent.

En bref, il y a beaucoup de choses qui font que ce livre est réellement un chef-d’oeuvre.

Dickens joue ici avec une ironie stupéfiante. Ne pas le lire c’est passé à côté d’un mode de vie dénoncé par l’auteur et tout ce que cela entraîne chez les plus faibles (en l’occurence les enfants).

Mais Olivier Twist c’est aussi de superbes moments d’émotion et de prise de conscience vis-à-vis de l’être (ou des êtres) cher(s).

Quand je me suis rendue compte de la tournure des évènements (passé la bonne moitié de l’ouvrage), je me suis laissée emportée par ma lecture. Les pages se tournaient d’elles-mêmes. Je m’étais attachée à un tel point à Olivier Twist que je ne souhaitais que le meilleur pour lui. Du coup, avec tous les rebondissements que l’auteur insérait à chaque moment crucial de la vie du jeune orphelin, je passais par autant d’émotions fortes : peine, stress, euphorie…

Sur beaucoup de points, Dickens m’a bluffée et j’ai adoré ça !

Quant aux personnages, ils sont terribles, cruels et lâches pour la plupart. Ils sont le Mal incarné qui profite de la faiblesse et des failles de ceux qui les entourent. Mais il y aussi ceux qui envers et contre tout tenteront de sortir Olivier Twist de cette mauvaise vie.

En conclusion, je ne peux que vous pousser à lire ce superbe ouvrage qui a été un très bon moment de lecture pour moi. Si au début je pensais qu’Olivier Twist était le mauvais garçon incarné dont un auteur racontait simplement la vie, j’ai pu constater que son histoire était tout autre chose.

C’est grâce à une lecture commune avec Ellcrys, Mango et Lyra Sullyvan que j’ai pu lire cet ouvrage et je compte bien poursuivre ma découverte de cet auteur avec notamment David Copperfield.

Un extrait :

« Il nous faut veiller avec soin à la façon dont nous traitons ceux qui nous entourent, puisque toute mort apporte à un petit groupe de survivants la pensée de tant de gestes omis, de si peu de gestes accomplis… de tant de choses qu’on a négligées, et de tant d’autres auxquelles on aurait pu remédier ! Il n’est pas de remords plus poignants que ceux qui viennent trop tard; si nous voulons que nous en soient épargnés les tourments, souvenons-nous-en pendant qu’il en est temps. » (p. 453)

20 Réponses à “Les aventures d’Oliver Twist”

1 2
  1. Ellcrys dit :

    Contrairement à toi, ce livre m’a un peu ennuyé, et pourtant, j’ai adoré la plume de l’auteur, sa manière de construire des situations, des personnages ; de décrire Londres. Mais j’ai souvent trouvé des longueurs qui, à mon avis, étaient inutiles. Charles Dickens, à voulu faire trop bien, au risque d’en faire trop.

  2. evertkhorus dit :

    Ah un livre que j’avais beaucoup aimé et je vois que toi aussi! Moi c’est vraiment son style qui m’a bluffée!

  3. heclea dit :

    J’ai très envie de le lire… Il me faut juste trouver le temps maintenant !

  4. belledenuit dit :

    @ Ellcrys : j’espère que ta prochaine tentative sera meilleure ;)

    @ Evertkhorus : C’est vrai que Dickens a un style excellentissime. J’avais du mal à refermer le livre en me disant que maintenant je ne partagerai plus la vie d’Oliver Twist. On s’y attache à ce gamin.

    @ Heclea : Oui il faut trouver le temps et le prendre pour déguster cet ouvrage. J’espère que tu arriveras bientôt à le découvrir.

  5. Stephie dit :

    J’ai adoré ce roman, par lequel j’ai découvert Dickens.

  6. Mango dit :

    Comme toi, j’ai beaucoup aimé aussi. J’ai mis du temps à le lire parce que j’alternais avec des récits plus modernes et j’étais toujours heureuse de revenir à l’histoire d’Olivier Twist!

  7. Véro dit :

    Spontanément, il ne m’attire pas mais ton billet me fait quand même revoir un peu ma position …

  8. Lyra Sullyvan dit :

    « Dickens joue ici avec une ironie stupéfiante. Ne pas le lire c’est passer à côté d’un mode de vie dénoncé par l’auteur et tout ce que cela entraîne chez les plus faibles (en l’occurrence les enfants). »

    Je suis tout a fait d’accord avec ça! Je me suis un peu ennuyée pour ma part, même si j’ai apprécié l’histoire et le talent de Dickens :)

    Merci d’avoir proposé cette lecture commune, il serait probablement resté encore un moment dans ma PAL sinon ;)

  9. belledenuit dit :

    @ Stephie : Je compte bien poursuivre ma découverte de Dickens. J’aimerais tenter David Copperfield mais je vais attendre un peu de m’y lancer.

    @ Mango : Pour ma part, je ne pouvais pas le lâcher. Pas de coupure pendant ma lecture :)

    @ Véro : Alors j’en suis ravie. J’espère vraiment qu’un jour ou l’autre tu prendras le temps (mais surtout que tu auras l’envie) de t’y plonger dedans.

    @ Lyra : Ben voilà ta PAL réduite d’un ouvrage. Ce n’est déjà pas si mal. Je t’avouerai quand même que le reproche que tu fais sur les longueurs est parfois juste. C’est vrai que Dickens va très loin dans son analyse (peut-être même trop loin). Pour ma part, ça ne m’a pas vraiment gêné mais je peux comprendre que ça rebutte certaines personnes.

  10. Liyah dit :

    Tu me donnes envie de lire ce livre ! Merci pour ton billet ;-)

1 2

Laisser un commentaire

 

Fictions de crise |
poesieombrelumiere |
poesie diverses |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | isefra
| Plume d'enfants
| La vie est un mélange de no...