Fablehaven : Le sanctuaire secret (T1)

Posté par belledenuit le 23 mars 2010

Fablehaven : Le sanctuaire secret (T1) dans Jeunesse 515imjAKItL._SL160_AA115_Auteur : Brandon Mull

Edition : Nathan (2009)

Nbre de pages : 340

Présentation de l’éditeur :

Depuis des siècles, les créatures fantastiques les plus extraordinaires se cachent dans un refuge secret, à l’abri du monde moderne. Ce sanctuaire s’appelle Fablehaven. Kendra et Seth ignorent tout de ce lieu magique, dont leur grand-père est pourtant le gardien. Un jour, ils découvrent l’incroyable vérité : la forêt qui les entoure est peuplée d’êtres fabuleux – fées, géants, sorcières, monstres, ogres, satyres, naïades… Aujourd’hui, l’avenir de Fablehaven est menacé par l’avènement de puissances maléfiques. Ainsi commence le combat des deux enfants contre le mal, pour protéger Fablehaven de la destruction, sauver leur famille… et rester en vie.

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercie Ellcrys car c’est grâce à elle si j’ai pu découvrir le monde de Fablehaven puisqu’elle me l’a offert à l’occasion de mon dernier anniversaire. Sans cela, j’aurais dû attendre encore un peu avant de le lire.

Du coup, qu’en est-il de mes impressions ?

Comment vous dire ça sans vous chagriner, vous qui avez beaucoup aimé cet ouvrage ou pour qui cela a été un coup de coeur ?

Bon, je me lance : Fablehaven est un bon petit bouquin qui permet de passer un agréable moment de lecture mais je ne l’ai pas trouvé non plus transcendant.

Mais pourquoi ne m’a-t-il pas marquée davantage ? 

J’ai trouvé que l’atmosphère et certains détails se rapprochaient cruellement des Chroniques de Spiderwick que j’ai lu il y a peu de temps. Du coup, Fablehaven n’a pas été un coup de coeur et malgré tout je n’ai pas non plus détesté. Je l’ai lu et je l’ai fermé. C’est tout.

L’effet de déjà vu m’a coupé ma curiosité, si je puis dire, puisque je n’ai pas eu véritablement de surprises.

Bien entendu, un monde où vivent des fées, un golem, une sorcière… est dépaysant et divertissant mais globalement je n’ai pas été « scotchée » à l’ouvrage. J’ai pris mon temps, certes, pour le lire; je me suis imprégnée de tout ce qu’il renfermait mais j’ai été un peu déçue par l’ensemble.

L’histoire est jolie mais elle ne m’a pas fait vibrer. Je n’ai pas eu de réelles surprises même si je n’ai pas du tout cherché à anticiper sur ce qui allait se passer; je n’ai pas eu peur (comme j’ai pu en avoir avec Les chroniques de Spiderwick) et j’ai trouvé que l’action était très/trop longue à venir. J’ai même sauté quelques paragraphes en milieu d’ouvrage (oui je sais, honte à moi !)

Le style, lui, est simple et donc adapté aux lecteurs pour qui le livre est destiné. Aucune difficulté de ce côté là. Les chapitres ne sont ni trop courts ni trop longs et chacun apporte une touche de plus à l’histoire et permet l’enchaînement parfait sur le suivant. Du coup, il n’y a aucun temps mort. C’est d’ailleurs ce qui m’a permis de continuer à le lire.

Quant aux personnages, je ne peux pas dire que je me sois attachée à l’un d’entre eux.

Seth est un garçon qui n’en fait qu’à sa tête et voilà où cela le mène… et sa soeur, Kendra, est trop sage à mon goût. A 14 ans, on se dit quand même qu’une adolescente va enfreindre quelques règles à un moment ou à un autre. Mais non, il n’en est rien.

Ensuite, je m’attendais à une mise en place d’une seule histoire qui tiendrait sur plusieurs tomes (comme dans n’importe quelle saga). Avec Fablehaven, c’est différent.

Bien sûr, il y a une suite (et il vous faudra lire le tome 1 pour savoir pourquoi) mais ce titre là peut se lire seul. Il a un début et une fin bien marquée. On sait forcément qu’il y aura des répercussions vis-à-vis de certaines paroles prononcées dans ce tome mais je n’irai pas non plus me précipiter pour connaître cette suite (même si j’ai envie de savoir ce qu’il en est).

Alors ai-je aimé ou pas ?

Je vous dirais que oui parce que j’ai passé un bon moment avec les fées notamment que j’ai trouvé les plus intéressantes. Je me suis détendue. J’ai vagabondé dans ce sanctuaire secret et ça m’a fait du bien. Rien que pour ça, je vous le recommande.

D’autres avis chez : Pimprenelle (qui en fait d’ailleurs un livre voyageur), Esmeraldae, Jess, Iluze, Heclea, Mallou, Thalia

Publié dans Jeunesse | 18 Commentaires »

Young Samuraï : La voie du sabre (tome 2)

Posté par belledenuit le 5 mars 2010

Young Samuraï : La voie du sabre (tome 2) dans Jeunesse youngsamurai2Auteur : Chris Bradford

Editions : Baam ! (2010)

Nbre de pages : 410

Quatrième de couverture :
Après un an d’entraînement dans son école de samouraïs, Jack a de gros ennuis…
Alors qu’il se prépare au Cercle des Trois, un rituel ancestral mettant à l’épreuve l’Esprit, le Corps et l’Ame, il se retrouve confronté à la terrible bande du Scorpion, qui vise à chasser du Japon jusqu’au dernier gaijin…
Mais là n’est pas le pire : son ennemi juré – le ninja Oeil-de-Dragon – est toujours à ses trousses. Il est prêt à tuer pour mettre la main sur le trésor que Jack détient.
Le jeune samouraï saura-t-il maîtriser la Voie du sabre pour survivre à un combat à mort ?

Mon avis :

Me voilà arrivée à la fin du tome 2 des aventures de Jack Fletcher, jeune anglais de 13 ans devenu samouraï après avoir échoué sur les côtes japonaises à la suite d’une terrible tempête alors qu’il était embarqué à bord de l’Alexandria qui devait le mener à Nagasaki, destination commerciale.

Dans cet opus, Jack, entouré de ses amis de la Niten Ichi Ryu (l’école où il apprend comment devenir un bon samouraï) Akiko, Yamato, Yori et Kiku, poursuit sa formation et devra parvenir au bout des épreuves du Cercle de Trois, pour arriver à la formation finale très convoitée par ces jeunes garçons et filles : la technique des Deux Ciels (il s’agit en fait de maîtriser son katana (sabre long) et son wakasashi (sabre court) pendant un combat).

Autant vous dire d’emblée, j’ai dévoré ce bouquin. Je l’ai même préféré au tome 1.

Jack prend plus d’assurance sur certains aspects. Il n’hésite pas à aller au devant du danger quoi qu’il puisse lui en coûter.

Par contre, l’auteur fait trop de répétitions sur la volonté de Jack de vouloir rentrer en Angleterre pour retrouver sa soeur. Il l’indique de nombreuses fois dans des chapitres qui se suivent et j’ai trouvé ça un peu lassant.

Néanmoins, l’évolution de l’intrigue est très bien menée. Je n’ai compris qu’à la fin le pourquoi du prologue et vu que j’étais partie sur une mauvaise base, je me suis totalement trompée sur ce qu’il en était au final. L’auteur m’a complètement bluffée !

Les combats sont toujours aussi bien décrits, même si cet opus traite surtout du combat intérieur qui se fait entre le corps et l’esprit. Il est démontré que si l’esprit ne renonce pas, le corps suit automatiquement. Encore un apprentissage de la vie et de la démonstration que lorsque l’on veut on peut. Il ne faut pas se laisser décourager par les difficultés qui encombrent nos chemins.

Jack apprendra beaucoup d’autres choses à travers les épreuves qu’il devra traverser.

Honnêtement, je n’ai pas vu le temps passer pendant ma lecture et j’ai hâte de pouvoir avoir entre les mains le dernier tome de cette trilogie, d’autant qu’à la fin du livre il y a le prologue du tome 3 (La Voie du Dragon) et qu’après l’avoir lu je frétille d’impatience. Il y aura un combat final entre Jack, samouraï extrêmement doué dans sa discipline, et le plus puissant des ninjas, Dokugan Ryu (Oeil-de-Dragon). Je suis pressée de voir ce que ça va donner !

Merci à Livraddict et aux Editions Baam ! pour ce partenariat très intéressant.

barreetoile dans Jeunesse

L’avis de ma fille :

J’ai préféré ce tome au premier car, passé l’apprentissage de Jack (dans le tome 1) on a acquis une certaine « maîtrise » nous aussi et on se sent plus à l’aise.

C’est toujours avec un style d’écriture « zen » qu’écrit l’auteur ; on est très vite plongé dans l’ambiance. On apprend toujours un peu plus les traditions du Japon et sa langue.

Mais j’ai omis de parler des ninjas : ces hommes plein de sang-froid pour tuer en y prenant même un certain plaisir… Oeil-de-dragon, un ninja particulièrement fort et doué a une mission envoyée par un inconnu… Mais qui est cet inconnu ?

C’est toujours avec un esprit peuplé de questions que j’ai grand hâte de lire le dernier tome de cette excellente trilogie et que je vous recommande – encore une fois – cette série !

Publié dans Jeunesse | 2 Commentaires »

Young Samuraï : La voie du guerrier (tome 1)

Posté par belledenuit le 4 mars 2010

Young Samuraï : La voie du guerrier (tome 1) dans Jeunesse 51HFQgbABEL._SL160_AA115_Auteur : Chris Bradford

Editions : Baam ! (2009)

Nbre de page : 381

Présentation de l’éditeur :

Jack Fletcher fait naufrage au large des côtes du Japon. Son père et le reste de l’équipage sont massacrés par des pirates ninjas. Secouru par Masamoto Takeshi, le guerrier légendaire, le seul espoir de Jack sera de devenir un véritable samouraï. Ainsi espère-t-il se venger de l’homme qui a fait de lui un orphelin : le terrifiant OEil-de-Dragon.

Mon avis :

Je poursuis donc mes lectures jeunesses avec une nouvelle trilogie qui a pour fond d’histoire un jeune garçon anglais, âge de 12 ans, qui va, par la force des choses, devenir un samouraï.

J’avoue avoir eu un peu de mal avec le début lorsque Jack se trouve sur le bateau qui doit les mener avec l’équipage au Japon, et plus précisément à Nagasaki, pour des affaires commerciales et alors qu’une tempête s’abat sur eux.

J’attendais avec impatience d’en arriver à l’objectif de l’ouvrage : la formation de Jack pour devenir un samouraï.

Je dois bien dire qu’une fois cette partie entamée, je me suis délectée (encore !) de ma lecture.

Jack, d’abord craintif face à tout ce qui l’entoure, devient de plus en plus téméraire même si son caractère n’est pas violent.

A travers cette formation, il va apprendre ce qu’est le courage, l’honnêteté, l’amitié et l’honneur mais il va aussi découvrir les us et coutumes ainsi que la langue de ce pays inconnu.

On sent réellement que l’auteur a une grande connaissance des arts martiaux dans les descriptions des prises qu’il nous sert dans l’ouvrage (on apprend à la fin du livre qu’il a commencé le judo à 7 ans et qu’il a suivi 9 arts martiaux différents).

Il nous décrit les scènes de combat avec un style simple mais très efficace, de telle sorte que nous suivons parfaitement les mouvements du corps de ces samouraïs.

J’avais, par instants, l’impression de regarder un film de kung-fu. J’étais fascinée !

De plus, on est réellement transporté dans ce pays du Soleil Levant grâce aux termes japonais et aux expressions que Chris Bradford insère dès le début. Grâce à un glossaire, on suit facilement ce qu’il en est et on finit par en retenir certains : arigato (merci); hai (oui); sensei (enseignant, maître)…

Par contre, par moment, on peut prévoir par avance ce qui va se passer mais cela n’entâche aucunement la lecture. Bien au contraire !

D’ailleurs, il me tarde de me plonger dans le tome 2 : La voie du sabre, et de connaître la suite des aventures de Jack Fletcher, ce jeune gaijin (étranger) devenu un vrai samouraï.

Je remercie les Editions Baam et Livraddict pour avoir proposé cet ouvrage dans le cadre d’un partenariat et de m’avoir sélectionnée pour le lire. Encore une belle découverte pour moi !

barreetoile dans Jeunesse

L’avis de ma fille :

Voilà le tome 1 d’une excellente trilogie tout à fait palpitante !

J’avoue qu’en le lisant, je me suis sentie apaisée par l’ambiance (hors passages comme : les combats ou les prises où c’était plutôt à faire retenir notre souffle). Le style de l’auteur est simple.

J’ai aussi apprécié le fait que le japonais apparaisse régulièrement. J’ai pu facilement me mettre à la place de Jack, notre personnage principal, notamment pour sa totale ignorance de cet univers et pour son âge, proche du mien.

Les prises sont très bien décrites et on sent que l’auteur a de très nombreuses connaissances dans ce domaine et qu’il maîtrise parfaitement son sujet.

J’ai pu commencer à connaître ce monde incroyable qui m’a fait un bien fou : à certains moments, on se pose des questions et ça donne à réfléchir ; j’ai pu connaître des traditions…

Ma lecture fût un vrai bonheur et j’ai hâte de poursuivre ma découverte avec le tome 2.

C’est vraiment un super livre que je vous conseille !

Publié dans Jeunesse | 5 Commentaires »

L’impératrice des Ethérés

Posté par belledenuit le 19 février 2010

L'impératrice des Ethérés dans Jeunesse 51miz8ur7FL._SL160_AA115_Auteur : Laura Gallego Garcia

Editions : Baam (2010)

Nbre de pages : 253

Présentation de l’éditeur :

Un majestueux palais que l’on croirait sculpté dans la glace, une impératrice aussi sublime qu’ensorcelante, un monde paradisiaque où vivent des êtres purs… La légende du Royaume éthéré fascine les enfants des Cavernes, ces grottes où vivent les hommes. Mais lorsque Bipa, l’une d’entre eux, partira à la recherche d’Aer, un garçon qu’elle adore détester, elle croisera en chemin des créatures animées d’une inquiétante puissance magique. À bien y réfléchir, c’est à se demander si cette terre idéale ne cache pas un désert de givre… et de mort.

Mon avis :

Décidément, la littérature jeunesse regorge de très belles et surprenantes lectures et L’impératrice des Ethérés en fait partie.

J’ai beaucoup aimé ce parcours initiatique que Bipa doit traverser à l’occasion d’un voyage pour retrouver son ami Aer.

Si le début ne m’a pas réellement plu (notamment à cause du caractère bien trempé de Bipa et de la rêverie trop grande d’Aer), il n’en demeure pas moins qu’au bout de quelques chapitres j’ai été réellement envoûtée par l’histoire. Plus j’avançais et plus j’avais envie de poursuivre ce périple que doit mener cette jeune fille.

L’écriture est certes simple mais l’imagination de l’auteure et les créatures fantastiques qui sont dans ce livre m’ont fait oublier qu’il s’agissait d’une lecture jeunesse.

J’ai été réellement enchantée par cette découverte livresque que j’ai dévoré en moins de 2 jours.

Autant vous dire que je le conseille fortement à tout le monde sans exception.

barreetoile dans SF/Fantasy/Fantastique

L’avis de ma fille :

C’est un excellent livre. D’ailleurs c’est un coup de coeur. Il est écrit simplement mais il est très prenant.

Bipa est une jeune fille franche au point d’être parfois brutale. Elle a une étonnante force de caractère et l’aventure qu’elle vivra est encore plus stupéfiante : on se demande comment l’auteure a une aussi grande imagination. Quand Bipa va partir chercher Aer, elle va rencontrer bien des dangers mais aussi des aides précieuses. C’est une histoire pleine de sentiments que je conseille à tous, petits et grands.

En arrivant à la fin du livre, je me suis « Pourquoi tu es allée si vite ?! ». Il est tellement bien qu’on n’arrive pas à s’en détacher et on espère encore moins que cela se finisse.

Je ne manquerai pas de lire d’autres livres de cette auteure. En tout cas, cet ouvrage est formidable ! A lire absolument !

Ce livre a été lu dans le cadre d’un partenariat entre le Blog-o-Book et Les Editions Baam que l’on remercie pour cette très belle découverte.

Publié dans Jeunesse, SF/Fantasy/Fantastique | 12 Commentaires »

Les chroniques de Spiderwick

Posté par belledenuit le 22 janvier 2010

Les chroniques de Spiderwick dans Jeunesse 51nOcGyBfGL._SL160_AA115_Auteurs : Tony Diterlizzi & Holly Black

Editions : France Loisirs (2009)

Nbre de pages : 484

Résumé :

À la vue de Spiderwick, leur nouvelle maison, les enfants Grace ont eu la chair de poule. Le mystère s’épaissit avec la découverte d’un grimoire : les créatures fantastiques qu’il décrit existent-elles vraiment ?
Bravant l’interdiction du livre, nos héros embarquent pour la plus redoutable des aventures.

Mon avis :

La lecture de ce livre s’est faite après que ma fille m’ait fait découvrir le film et après qu’elle ait elle-même lu l’ouvrage qu’Ellcrys nous a très gentilment prêté.

J’ai été impressionnée par l’adaptation qui a été faite de ce bouquin et je me doutais bien qu’il me ferait passer un très bon moment. Et c’est exactement ce qui est arrivé : encore une fois pour ce mois de janvier, ma lecture a été gé-niale ! Je n’ai pas vu le temps passé.

En fait, ce livre m’a fait le même effet que Coeur d’encre de Cornelia Funke que j’ai lu et chroniqué récemment. Le réel et l’imaginaire se confondent et on vit l’aventure avec autant d’ardeur que les personnages eux-mêmes. Il m’était difficile de le lâcher malgré des migraines dues à une bonne sinusite et je pestais lorsque je n’avais plus le choix et que je devais le fermer (les yeux qui brûlent, qui pleurent et se ferment…)

Bref ! J’ai lu ce titre en deux jours et je me suis dit : « Waouh !! Mieux que le film. Ca n’a rien à voir ! »

Et pour cause : même si le style des auteurs est très simples et si certaines des difficultés que rencontrent les enfants Grace sont très rapidement résolus à mon goût, j’ai été bluffée par le fait que le livre et le film finalement prenaient des voies différentes.

Quelque part, ça permet de mieux apprécier l’ouvrage mais je pense qu’à vouloir faire une adaptation, autant qu’elle soit le plus fidèle possible au livre.

Je n’ai pas fait attention dans le film mais dans le livre Chapouin, le farfadet qui protège le livre secret et ses habitants, parle en faisant des vers. J’ai trouvé cette façon de faire génialissime.

« Chafouin apprécie sa nouvelle maison;

Mais, las ! il vient vers vous pour une autre raison. »

(…)

« Le guide Spiderwick n’est pas pour les mortels.

Il leur montre trop bien que les fées sont réelles…

Enfants, brûlez ce livre avant qu’il ne vous brûle !

Oubliez ce qu’il dit, jusqu’aux moindres virgules.

Qui s’y frotte s’y pique, et, bientôt, disparaît :

Accidents et magie protègent le secret… » (p. 97)

Ensuite, nous avons droit à une happy end dans le film alors que ce n’est pas vraiment le cas dans le livre. De plus, les lieux où l’action finale se situe sont totalement différents. C’est un peu déroutant mais on peut aussi comprendre qu’un film doit résumer en 1h30 un livre qui fait plus de 400 pages !

Par contre, les créatures sont très biens représentées (que ce soit les gobelins ou les fées de la maison de retraite). Sur ce point, le film est sensationnel ! Les images sont superbes.

Vous l’aurez compris, je vous conseille fortement de lire cet ouvrage où apparaîssent de superbes dessins représentant les êtres qui le façonnent ou les différentes situations dans lesquelles se retrouvent les enfants Grace.

Il est intéressant, facile à lire et dépaysant. On s’évade totalement.

Quant au film, je pense que quelque part il apporte un plus à l’ouvrage notamment par la conception des créatures qui sont dans l’ouvrage. Par ailleurs, la musique est jolie, elle s’adapte bien aux scènes dont certaines sont magnifiques même si du point de vue de l’histoire le scénario a été modifié.

Quelques extraits :

Description des gobelins : « Grâce à la lunette, Jared découvrait les gobelins à l’extérieur de l’écurie. Ils étaient cinq, et encore pires en vrai que sur le dessin : avec une tête de grenouille, totalement chauve, des oreilles de chat déchiquetées, pointant de chaque côté du crâne, des yeux tout blancs, sans pupille, effrayants. Leurs dents étaient faites d’éclats de verre et de petits morceaux de pierre effilés. Leurs corps verts, parsemés de pustules, se mouvaient avec agileté sur la pelouse. » (p. 127)

Description de Chapouin : « Le bruit provenait du bureau. En effet, sur le plan de travail se tenait un homme miniature, de la taille d’un crayon, coiffé d’un chapeau à large bord. Ses petits yeux étaient noirs comme des scarabées; son nez était rouge et épaté. Il ressemblait trait pour trait à l’illustration du farfadet sur le grimoire. » (p. 95)

Publié dans Jeunesse | 11 Commentaires »

Coeur d’encre

Posté par belledenuit le 20 janvier 2010

Coeur d'encre dans Jeunesse 51XKYEBF1KL._SL160_AA115_Auteur : Cornelia Funke

Editions : Le Livre de Poche Jeunesse (2006)

Nbre de pages : 765

Présentation de l’éditeur :

« C’est alors qu’elle le vit. La nuit pâlissait sous la pluie et l’inconnu n’était guère plus qu’une ombre. Seul son visage, tourné vers la maison, était éclairé. » Qui est cet inconnu au nom de Doigt de poussière ? Qui est Capricorne ? Et qui est Langue magique ? Meggie ira chercher les réponses dans un vieux village d’Italie et entre les pages d’un mystérieux livre. Un roman qui mélange habilement réalisme, fantastique, et suspense, écrit par la plus célèbre des romancières allemandes.

Mon avis :

C’est un livre qui parle d’un livre. Quoi de plus réjouissant pour une lectrice assidue comme moi. J’étais aux anges. Vous en conviendrez : tous les amoureux des livres aiment être plongés dans ce genre d’univers.

C’est un livre jeunesse. Oui et alors ? Ne vous arrêtez pas à ce genre de chose. Il en vaut largement le coup. Je l’ai dévoré en quelques jours. C’est un signe non ?!

Tout comme certain(e)s blogueurs(euses), je n’étais pas une fana de la littérature jeunesse mais depuis quelques temps maintenant j’ai revu mon jugement et je peux vous certifier qu’il y a de vrais petits bijoux à découvrir (même pour nous adultes qui finalement sommes de grands enfants !)

Mais entrons dans le vif du sujet et « écoutez » ce que j’ai à dire sur Coeur d’encre de Cornelia Funke.

Il s’agit du 1er tome d’une trilogie dont les personnages principaux sont une jeune fille de 12 ans (Meggie), son père, qu’elle surnomme Mo, et Elinor qui est comme sa grand-tante.

Ca ce sont les gentils. Il y en aura d’autres mais je préfère vous laisser les découvrir par vous-mêmes.

Et puis, il y a les méchants mais alors vraiment très méchants. Je ne dirai pas qui ils sont ni comment ils interviennent dans l’histoire sinon je vous spoilie l’ouvrage. C’est mieux de le savoir en le lisant. En tout cas, moi, j’ai a-do-ré !

Bon biensûr, les gentils sont très gentils et les méchants très méchants mais on reste dans de la littérature jeunesse. Donc, tout est gentillet et on a même droit à de l’humour grâce à Elinor (je crois d’ailleurs que ce fût mon personnage préféré. Il me tarde de la revoir dans les autres tomes de la saga).

Pour dire un petit topo sur l’histoire, Mo est relieur. Il répare donc les vieux livres et n’hésite pas à quitter une région pour une autre même si pour cela sa fille doit laisser derrière elle son école et ses copains à n’importe quel moment de l’année scolaire. Meggie, de toute façon, prend l’habitude de ces déménagements impromptus. Mais un soir où une pluie s’abat sur le village où ils habitent, et alors que l’école n’est pas tout à fait terminée, Mo reçoit une étrange visite. Dès lors, la vie de Meggie va basculer.

Cornelia Funke écrit bien, voire même très bien. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant. Certes, le style est simple mais l’intrigue est très bien ficelée et l’histoire est très intéressante et prenante. Je n’ai pas vu les pages passées.

C’est vrai qu’il y a quelques répétitions qui sont un peu agaçantes (notamment sur les personnages et leurs caractères) mais je préfère passer sur ces petits inconvénients qui ne m’ont pas gâché ma lecture au final. J’ai littéralement adhéré à ce que Cornelia Funke racontait et je me voyais à la place de Meggie (ses interrogations, ses attentes, ses peurs, ses rêves…)

Avec Coeur d’encre, nous sommes dans un autre monde. L’imaginaire se joint à la réalité et c’est plaisant !

Il me tarde de lire le tome 2, Sang d’encre, pour savoir ce qu’il advient de tous les personnages et si j’ai un conseil à vous donner : LISEZ-LE  pour vous évader et faites le découvrir à vos jeunes.

Un extrait :

« Dans cette maison, les livres s’amoncelaient partout. Il n’y en avait pas seulement sur les étagères comme chez les autres gens, non, ils s’entassaient sous les tables, sur les chaises, dans les coins. Il y en avait dans la cuisine et dans les toilettes, sur le téléviseur et dans la penderie, de petits tas, de grands tas, des livres volumineux, des minces, des vieux, des neufs… Ils accueillaient Meggie avec leurs pages grandes ouvertes sur la table du petit déjeuner, ils chassaient l’ennui des jours gris… et parfois, ils vous faisaient trébucher. » (p 12-13)

Publié dans Jeunesse | 11 Commentaires »

Créature de la nuit

Posté par belledenuit le 6 janvier 2010

Créature de la nuit dans Jeunesse creaturedelanuitAuteur : Kate Thompson

Editions : Baam ! (2009)

Nbre de pages : 286

Quatrième de couverture :

« Je lui avais bien dit à ma mère, que je ne voulais pas rester là-bas. Dès qu’elle ouvrait la bouche je disais : « Je reste pas là-bas. Tu peux pas me forcer. »"

Il va lui en faire baver à sa mère de l’emmener dans un trou aussi perdu. Soi-disant parce que les potes ont une mauvaise influence… Mais pourquoi là-bas ? Pourquoi dans une maison que l’ancien locataire a désertée du jour au lendemain ? Dans une bicoque en rase campagne où une petite fille a été assassinée bien des années plus tôt ? Quant à cette consigne idiote de laisser chaque soir un bol de lait et des biscuits pour une improbable petite fée… c’est du délire. Quoique…

Mon avis :

Créature de la nuit n’est pas le genre de livre auquel je m’attendais au départ. En découvrant la quatrième de couverture, je pensais lire un ouvrage du domaine fantastique où les Hommes allaient rencontrer une fée. Or, il n’en est rien. Ou du moins pas comme on pourrait le croire.

C’est donc l’histoire d’un adolescent, Bobby, âgé de 14 ans, qui mène une vie décadente : alcool, drogue, vols, tout y passe avec ce jeune en mal de vivre. Pour tenter de sortir son fils de cette situation et de ses mauvaises fréquentations, sa mère décide de louer une maison dans le Comté de Clare, suffisamment éloigné de Dublin (selon elle) pour que son fils retrouve le droit chemin. Ce dernier ne l’entend pas de cette façon et lui mène une vie infernale. Surtout lorsqu’une voisine déclare qu’il faut mettre tous les soirs un bol de lait et des biscuits pour une fée qui sort la nuit uniquement. Sinon, on ne sait pas ce qui risque d’arriver. D’ailleurs, un meurtre et une disparition ont déjà eu lieu…

Dès le départ, on se dit que ce jeune homme a bien besoin d’être remis à sa place (d’ailleurs, j’aurais du mal à accepter que mes enfants me parlent de la façon dont ce jeune traite sa mère). L’auteure utilise un langage de jeune et du parler quotidien. On mâche certains mots, on n’oublie les négations au départ. Bref, tout est fait de manière pour que l’on se sente comme dans la vie de tous les jours.

J’avoue que le comportement de Bobby m’a quelque peu saoûlée arrivée à la moitié de l’ouvrage et j’avais aussi compris que ce livre ne traiterait pas du thème des fées qui m’avait attiré au début. Autant vous dire qu’à un moment, j’ai stagné un peu dans ma lecture. Et puis, allez savoir pourquoi tout s’est modifié d’un coup de baguette magique !

Il m’était impossible de fermer ce livre. Je me sentais obligée de suivre la narration de Bobby (parce que c’est lui qui nous raconte cette histoire).

J’ai « regardé » cet enfant avec un oeil différent et je me suis rendue compte du mal-être qui l’envahissait et que son attitude était aussi la conséquence de la vie menée par sa mère.

Au fil des chapitres, on en apprend un peu plus et on ne souhaite qu’une chose : aider ce jeune homme, le prendre sous notre aile pour qu’il devienne quelqu’un de bien, qu’il arrive à trouver sa voie dans cette vie si difficile.

L’histoire des fées devient alors secondaire et même si l’on referme le livre en se disant « ce n’était que ça ! », il n’en demeure pas moins que d’un point de vue relation humaine, ce livre est fort en émotions.

Bobby évolue au fur et à mesure du temps passé dans le Comté de Clare et auprès  de ses voisins, les Dooley. On le « voit » s’interroger sur beaucoup de points et revoir son comportement même s’il y a toujours une part de lui-même qui se rebelle.

C’est beau. C’est bien écrit. C’est captivant !

Je ne vous dirai pas que j’ai été déçue par cette lecture parce que ce n’est pas le cas même si j’en attendais autre chose. J’ai été tout simplement touchée par cet ouvrage et j’en remercie Livraddict et les Editions Baam pour cette jolie découverte en ce début d’année grâce à ce partenariat.

barreetoile dans Jeunesse

L’avis de ma fille :

Ce n’est pas un livre exceptionnel. D’ailleurs, je ne l’ai pas aimé plus que ça.

Robert est un adolescent de 14 ans qui fume, se drogue, boit et a de mauvaises fréquentations qui ne le prennent avec eux que pour se servir de lui. Cette partie de l’hisoire ne m’a pas emballée.

De plus, il répond à sa mère de façon permanente et effrontée comme s’il n’avait rien dans le coeur.

En voyant le titre, j’ai été irrésistiblement attirée par ce livre. Néanmoins, je suis surprise de la tournure de l’histoire. Je pensais qu’il y aurait plus de créatures fantastiques et que l’histoire serait plus intéressante que ce qu’elle était.

Malgré tout, j’arrive à éprouver quelque chose pour la maman de Robert : de la compassion, de la compréhension…

Mère et fils se mettent dans des situations très délicates qu’ils fuient en se réfugiant à la campagne.

Il y a dans l’histoire un humour noir que j’ai un peu apprécié ainsi que l’effort de Robert pour retrouver son chemin… Il est vrai que ce livre est fort en sentiments…

C’est un bon livre avec un style d’écriture très moderne, adolescent donc parfois vulgaire car c’est un langage on ne peut plus familier.

En bref, j’ai passé un bon moment avec ce livre mais sans plus.

barreetoile

N.B. : Créature de la nuit ne sortira en librairie qu’à compter du mois de mars 2010 mais très honnêtement n’hésitez pas à le découvrir mais également à le faire découvrir à vos adolescents. C’est un livre jeunesse exceptionnel.

D’autres avis : Le Mammouth, Flof13, Taliesin et d’autres sur Bibliomania.

Publié dans Jeunesse | 25 Commentaires »

Miss Charity

Posté par belledenuit le 1 décembre 2009

Miss Charity dans Jeunesse 41VZTDqaaKL._SL160_PIsitb-sticker-arrow-dp,TopRight,12,-18_SH30_OU08_AA115_Auteur : Marie-Aude Murail

Editions : L’école des loisirs (2008)

Nbre de pages : 562

Présentation de l’éditeur :

Charity est une fille. Une petite fille. Elle est comme tous les enfants : débordante de curiosité, assoiffée de contacts humains, de paroles et d’échanges, impatiente de créer et de participer à la vie du monde. Mais voilà, une petite fille de la bonne société anglaise des années 1880, ça doit se taire et ne pas trop se montrer, sauf à l’église, à la rigueur. Les adultes qui l’entourent ne font pas attention à elle, ses petites sœurs sont mortes. Alors Charity se réfugie au troisième étage de sa maison en compagnie de Tabitha, sa bonne. Pour ne pas devenir folle d’ennui, ou folle tout court, elle élève des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope, apprend Shakespeare par cœur et dessine inlassablement des corbeaux par temps de neige, avec l’espoir qu’un jour quelque chose va lui arriver…

Mon avis :

Au départ, il y a l’angoisse de se dire que ce livre de 562 pages risque de ne pas me plaire. Je n’étais pas plus attirée que ça par l’histoire. Une petite fille de 5 ans qui décide d’élever des animaux si particuliers que sont une souris, un hérisson ou même un corbeau me laissait perplexe.

Autant vous dire alors que le début de ma lecture (enfin je dirai même jusqu’au milieu de l’ouvrage) n’a pas été sans mal. J’avais l’impression de vivre des aventures avec Sophie de la Comtesse de Ségur.

Miss Charity était pour moi ce genre de petite fille qui, pour tuer son ennui, rythmait sa vie sur des « recherches » scientifiques sur les animaux. Elles les attrape, tente des expériences qui ne finissent pas spécialement bien la plupart du temps et parce qu’elle est volontaire poursuit néanmoins malgré ses râtés.

Mouais ce côté du personnage m’a laissée de marbre et j’espérais que ça n’allait pas durer sur la totalité du livre. Et heureusement pour moi, ça n’a pas été le cas. Ouf !!!

On vit 20 années avec Miss Charity et si le début a donc été difficile, dès la moitié franchie je l’ai pris avec plus d’enthousiasme. Miss Charity-jeune femme est adorable.

Elle aime aider son prochain quel qu’il soit; elle se fixe des objectifs qui viendront contrer l’autorité maternelle notamment. En Société, elle ne se sent pas à sa place, elle est tellement différente de toutes ces femmes qui ne souhaitent qu’une chose, faire un beau mariage.

Miss Charity c’est la femme moderne qui refuse les traditions et qui met tout en oeuvre, petit à petit, pour parvenir à ses fins. On la traitera de folle étant petite fille puis de vieille fille devenue femme. Mais qu’importe ! Charity sait ce qu’elle veut !

C’est donc une lecture progressivement appréciée que j’ai eu l’occasion de faire avec l’ouvrage de Marie-Aude Murail, auteur que je ne connaissais pas par ailleurs. Je n’ai pas été transportée; je n’ai pas eu de coup de coeur; je ne me suis pas sentie investie non plus. Cependant, l’ouvrage est très bien écrit et décrit parfaitement la condition féminine à la fin du 19ème siècle en Angleterre.

On passe finalement un moment agréable avec Miss Charity.

D’autres avis : Cunéipage, Cachou, Lael, Papillon, Malice

Publié dans Jeunesse | 15 Commentaires »

L’île des rêves interdits

Posté par belledenuit le 3 novembre 2009

L'île des rêves interdits dans Jeunesse 9782227739154Auteur : Monica Hughes

Editions : Bayard Jeunesse (2000)

Nbre de pages : 281

Quatrième de couverture :

Sur l’île d’Ariban, l’imagination est interdite. On ne doit jamais raconter ses rêves : c’est une des nombreuses règles imposées par les anciens du village. Colin s’inquiète pour sa soeur, qui fait sans cesse des cauchemars. Si cela se savait, elle serait chassée de l’île à tout jamais. Mais l’arrivée d’une mystérieuse étrangère va bouleverser les traditions de la communauté et … la vie de Colin.

Mon avis :

Contrairement au précédent livre jeunesse que j’ai lu et aimé (Le chagrin du roi mort), L’île des rêves interdits m’a peu emballée.

Je l’ai lu rapidement mais le personnage qu’est Colin m’a exaspéré.

Le but de cet ouvrage est bien de démontrer que pour parvenir à ses fins il faut se battre quitte à aller à l’encontre de l’autorité qui vous empêche d’y parvenir.

Ici, nous nous situons sur une île où les Anciens interdisent l’imagination et donc le rêve. Tout être pris en flagrant délit de raconter une histoire est voué à un châtiment terrible : la mort.

Si l’ouvrage en lui-même me parlait au départ, j’ai vite déchanté quand je me suis aperçue que tout était trop répétitif. Colin est un jeune homme de 16 ans qui se cherche en tant qu’être et il est normal qu’il se pose tout un tas de questions.

Mais l’auteure le met trop souvent dans des situations identiques et ça donne une impression de tourner en rond. J’ai vraiment eu la sensation de ne pas avancer dans l’histoire.

Ajouté à cela que la fin n’est pas celle à laquelle je m’attendais, j’en garde un goût un peu amer. Comme si finalement j’avais perdu mon temps avec cette lecture.

Il faut dire aussi que l’écriture est très simple. L’ouvrage est destiné d’ailleurs à des enfants à partir de 9 ans et je crois définitivement qu’il me faudra lire des littératures jeunesses plus pour adolescents.

J’ai récupéré ce titre chez Lael qui l’a beaucoup aimé.

Publié dans Jeunesse | 4 Commentaires »

Le chagrin du roi mort

Posté par belledenuit le 28 octobre 2009

Le chagrin du roi mort dans Jeunesse 51C9o%2BERCGL._SL160_AA115_Auteur : Jean-Claude Mourlevat

Editions : Gallimard Jeunesse

Nbre de pages : 402

Présentation de l’éditeur :

 » C’est une petite île froide, quelque part dans le nord. Le vieux roi est mort. Son corps repose sur un lit de pierre, sur la Grand-Place. Il neige. Il sera question de séparation, de guerre, de trois ciels différents, d’un premier amour. Il y aura une prophétie, des êtres qui se perdent dans l’immensité, une sorcière qui mange des têtes de rat… « 

Mon avis :

C’est sur différents blogs que j’ai découvert cet ouvrage de Jean-Claude Mourlevat (auteur que je ne connaisse pas) et en voyant qu’il était en nouveauté jeunesse à ma médiathèque, j’ai sauté sur l’occasion pour l’emprunter.

Ayant beaucoup de mal en ce moment à avancer dans mes lectures, je me suis dit et j’étais persuadée que ce serait différent avec Le chagrin du roi mort.

Et bien je dois vous dire que je ne m’étais pas trompée. J’ai beaucoup apprécié cette lecture qui n’a rien à envier aux lectures « adultes ».

On entre dans un monde de neige et de glace. Rien que le contexte géographique m’a enchantée et m’a permis de m’évader. Je n’étais pas simple lectrice; je participais à tout ce qui se passait dans cette histoire. Je m’y suis réellement cru !

Si vous avez donc des a priori sur les lectures jeunesse, ne vous y trompez pas avec cet ouvrage là. Même s’il est destiné à des adolescents entre 11-14 ans, il n’en demeure pas moins que les thèmes abordés par l’auteur (le courage en situation difficile, la fraternité, l’amour…) le sont avec beaucoup de finesse.

Le style est simple mais il y a tellement d’émotion qui s’écoule de cet ouvrage que l’on suit avec envie, et parfois même avec crainte, les personnages : Alexs et Brisco, les « jumeaux »; Bjorn et Selma, leurs parents; Brit, la sorcière; et bien sûr les méchants avec notamment Guerolf.

Ce livre c’est l’histoire d’un Royaume, d’une famille, de vies bouleversées par une guerre.

C’est un ouvrage que je conseille à tous notamment par les messages qu’y lancent l’auteur (j’ai adoré les lettres écrites par Alexs à ses parents. Ca vous prend aux tripes. C’est énorme !)

Seul bémol : la fin ! Elle m’a un peu déçue même si 20 pages avant que tout se termine je savais que cela ne se finirait pas comme moi je l’aurais voulu. Malgré tout, ce fût une très belle découverte.

Les avis de :

  • Clarabel :  »ce roman est une belle claque, une leçon de maître« 

  • Lily : « un merveilleux roman à mettre entre toutes les mains« 

  • Sylvie : « Mourlevat affirme son talent de conteur en décrivant des atmosphéres absolument féériques« 

  • Cunéipage : « On oublie … qu’on a douze ans plusieurs fois… et on tremble, on vibre, on frémit… »

  • Fashion : « C’est un roman absolument bouleversant« .

Publié dans Jeunesse | 8 Commentaires »

12
 

Fictions de crise |
poesieombrelumiere |
poesie diverses |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | isefra
| Plume d'enfants
| La vie est un mélange de no...